L’éducation pré-langagière Ou la communication avant les mots

Conseils généraux préalables

1. Avant toute chose, chez le tout-petit, on cherchera une posture facilitatrice de communication. En effet, la posture et l’hypotonie globale vont venir perturber le tonus du cou, la tenue de tête, et par conséquent la motricité bucco-faciale et la communication. On veillera donc à redresser le tronc et le cou de l’enfant, et à se placer face à lui.
2. Il est important de lui parler doucement et lentement, de lui laisser le temps de répondre en respectant son temps de latence. On évitera ainsi de répéter la consigne alors que l’enfant est en train d’intégrer l’information ou de préparer sa réponse.
3. On veillera à utiliser une prosodie accentuée, facilitant la compréhension des enfants déficients intellectuels.
4. Les stimulations doivent rester informatives, on ne doit pas noyer l’enfant dans un bain de langage. Elles doivent être redondantes pour favoriser l’intégration.
5. On privilégiera les phrases courtes, le vocabulaire simple.
6. On veillera également à choisir un environnement calme, et sans trop de lumière lorsque l’enfant est tout petit.

L’enfant, s’il est pris en charge tout-petit, sera tout d’abord dans les bras de sa mère ou de l’orthophoniste, puis, lorsqu’il en sera capable, assis sur un tapis.

Durant une même séance, plusieurs petits exercices-jeux seront proposés à l’enfant. Ils seront simples et de courte durée afin de ne pas dépasser la capacité d’attention de quelques minutes du tout-petit.

 

L’éveil sensoriel

Aider l’enfant à développer ses différents sens pour une meilleure découverte et compréhension de son environnement, nécessaires à l’acquisition du langage.

 

Le regard

Le contact oculaire mère-enfant

Veiller à ce que le contact oculaire soutenu, retardé chez l’enfant porteur de trisomie 21, s’installe entre la mère et son bébé. Inciter la maman à placer son visage dans le champ visuel de son enfant afin de créer un face à face privilégié, à saisir toute occasion d’établir le contact et à répondre à ses demandes d’interaction.

 

L’attention conjointe

Objectif :

Amener l’enfant à s’intéresser à l’environnement extra-maternel (après seulement que les regards soutenus vers la mère se soient installés) et à « parler » d’un objet par le regard avec l’adulte.

Jeux proposés :
– Attendre que le bébé regarde sa mère puis celle-ci décale son regard vers l’objet en attirant l’attention de l’enfant dessus « oh ! regarde ! »
– Regarder avec l’enfant tout ce qui peut l’intéresser : bulles, objets attrayants,…
– Regarder un livre avec l’enfant.

En ce qui concerne pointage, qu’il soit proto-impératif ou proto déclaratif, on amènera l’enfant, en l’appelant par son prénom, en attirant son regard, à regarder l’adulte pour lui faire comprendre son intention de communiquer.

video « Les bulles »
video « Le livre d’images, premier extrait »


La poursuite visuelle

Objectif :
Apprendre à l’enfant à suivre du regard un objet, une personne.

Jeux proposés :
– L’adulte fait suivre à l’objet une trajectoire verticale puis horizontale de trente centimètres à l’âge de trois mois, soixante centimètres à un an, un mètre vingt à deux ans. . L’orthophoniste utilisera des objets attrayants, colorés, lumineux, et si besoin, sonores, en variant la taille et la couleur. L’enfant doit suivre l’objet du regard, puis du regard et de la tête. Un deuxième adulte pourra aider le tout-petit à bouger sa tête. Ce petit exercice-jeu, un peu plus technique que les autres peut être rendu plus agréable par un climat joyeux, la voix et les sourires de l’adulte. . L’orthophoniste devra veiller à présenter l’objet lentement en raison des difficultés de balayage visuel de l’enfant porteur de trisomie 21.

– La trajectoire pourra ensuite être sphérique, puis aléatoire et non prévisible.

– Chez l’enfant plus grand, la poursuite visuelle peut se travailler par le biais d’un jeu de petites voitures ou de lancer de balles.

video « La poursuite visuelle avec un jouet sonore »
video « La poursuite visuelle avec un ballon »


La coordination visuo-motrice et visuo-auditive

Objectifs :
Amener l’enfant à poser son regard sur ce qu’il manipule et sur l’adulte lorsqu’il lui donne quelque chose. Il s’agit de la coordination visuo-motrice.
L’inciter, par le regard, la parole, à regarder la personne qui parle, l’objet dont on parle. C’est la coordination visuo-auditive qui permet de faire le lien entre le son entendu, l’objet que l’on regarde et la personne qui parle.

Jeux proposés :
– Proposer aux parents de placer mobile au-dessus de son lit et lui montrer comment le faire bouger.
– Jouer avec ses mains, frapper dans les mains, marionnettes,… pour l’amener à les regarder.
– Attirer son attention sur le visage de celui qui parle

 

L’écoute

Objectif :
Aider l’enfant à percevoir, repérer et discriminer les caractéristiques des sons. L’orthophoniste travaillera à développer ses capacités d’écoute.

Jeux proposés :
– Attirer l’attention de l’enfant sur les différents bruits, à partir d’un matériel diversifié : jouets sonores, instruments de musique, bruits de la vie quotidienne, voix
– Avec ces divers matériels, l’inciter à faire du bruit lui-même
– Réactions au son de la voix en variant intonations, intensité, hauteur… (comptines, marionnettes…)
– Orientation au son de la voix (avec maman) : hors champs visuel
– Orientation aux sons : hors champs visuel
– Cacher le jouet sonore pour voir si l’enfant cherche la source du bruit produit
– Loto sonore chez l’enfant plus grand

Il est important de rappeler qu’un nombre important d’enfants porteurs de trisomie 21 souffrent de troubles auditifs périphériques. Dans le cas d’une surdité associée, une prise en charge spécifique sera nécessaire.

video « Les jouets sonores »
video « L’orientation vers la source sonore »
video « Les instruments de musique »

 

Les perceptions tactilo-kinesthésiques

 

Le toucher

Objectifs :
Développer la sensibilité, moindre chez le petit porteur de trisomie 21.

Jeux proposés :
– Faire toucher à l’enfant des matières douces puis des matières rugueuses pour les opposer
– Opposer le chaud au froid
– Le mou au dur
– Faire de petits massages, tapotements, caresses appuyées,… sur les mains, les pieds, le visage
– Conseiller aux parents de masser leur enfant sur tout le corps

video « Les stimulations tactiles doux / rugueux »
video « Les massages, caresses et tapotements »


Les conduites exploratoires

Objectif :
Aider l’enfant à se créer des expériences qui vont lui permettre de découvrir les propriétés des objets, nécessaires à l’acquisition du lexique, et de se faire des représentations mentales.

Jeux proposés :
– Donner à l’enfant des objets de différentes formes, différentes tailles, différentes matières
– Lui proposer des petits jeux de manipulation : tour de cubes, encastrements,…
On veillera à ce que l’enfant utilise ses deux mains comme le fait naturellement l’enfant ordinaire.
– Ces jeux seront pour l’enfant l’occasion de jeter, lancer, secouer les objets pour découvrir leurs propriétés.

video « La découverte des propriétés des objets »
video « La manipulation avec un tout petit »
video « La manipulation avec un plus grand »

 

Le goût et l’odorat

Les stimulations gustatives pourront se faire parallèlement à la prise en charge de l’alimentation que nous développerons plus loin.. L’orthophoniste veillera, lors du passage à la cuillère, à ce que l’on propose des goûts différents à l’enfant, en séparant les différents aliments mixés et en faisant varier la température.

Les stimulations olfactives quant à elles pourront accompagner le travail de respiration nasale.

 

Les stimulations multi-sensorielles

Objectif :
Faire découvrir l’objet à l’enfant de façon tactile, auditive, visuelle, (éventuellement olfactive et gustative s’il s’agit de nourriture.

Jeux proposés :
Proposer à l’enfant de petits jouets colorés, lumineux et sonores.

 

L’espace, le temps et le rythme

 

L’espace

Objectif :
Développer chez l’enfant la capacité à se situer dans l’espace, visuellement et auditivement. Ce travail rejoint de très près l’éveil sensoriel puisqu’il consiste à amener l’enfant à regarder des objets et à écouter des sons situés de part et d’autre de son espace.

Jeux proposés :
– Sur un tapis, placer des objets dans l’environnement immédiat de l’enfant, puis dans la pièce, et l’amèner à les regarder, à tourner la tête pour explorer tout son environnement.
– Procéder de la même façon avec des jouets sonores.
– Lui parler à une oreille, puis à l’autre, d’abord sa maman, puis l’orthophoniste, puis avec un jouet sonore.

video « L’orientation spatiale : exploration visuelle de l’environnement »
video « L’orientation spatiale : exploration auditive de l’environnement »


Le rythme et le temps

Objectif :
Induire progressivement la notion de temps vécu à travers un travail de rythmes ressentis.

Jeux proposés :
– Faire ressentir des alternances à l’enfant : on joue/on se repose ; je te regarde/je ne te regarde plus
– Jouer avec deux balles différentes : on lance la grosse balle/puis la petite/la grosse/la petite,…
– Sur de la musique : dandiner d’abord tout le corps, puis que la tête, puis les jambes, les bras.
– Conseiller aux parents d’introduire des rythmes dans la vie quotidienne (les repas, le sommeil,…).

video « Le dandinement en musique »
video « L’alternance de deux balles »
video « Les comptines »

L’utilisation des gestes communicatifs

Objectif :
Amener l’enfant à utiliser la communication non-verbale partie intégrante de la communication. Pour cela il est important qu’il soit baigné dans ce mode de communication par les adultes qui l’entourent.

Jeux proposés :
– Tout en verbalisant, utiliser, en contexte, des gestes symboliques : « coucou »,  « au revoir », « bravo »
– Chanter des comptines accompagnées de gestes
– Faire des grimaces, exagérer nos expressions afin d’inciter le tout-petit à s’exprimer par le visage
– L’amener à bouger pour demander un objet, une action, une personne : ne pas aller au-devant de ses désirs : pendant un jeu, une chanson, s’arrêter et attendre un geste de sa part avant de recommencer. Attendre qu’il tende le bras vers l’objet tombé pour le ramasser,…
– L’amener à montrer du doigt en lui proposant plusieurs choix : s’il tend la main, fermer ses autres petits doigts. Lui montrer en faisant de même.

video « Les gestes symboliques »
video « Les comptines »

 

La pré-conversation : de l’imitation à l’acquisition du tour de parole

Objectifs :
– Amener l’enfant à imiter car l’imitation est déficitaire chez le tout-petit porteur de trisomie 21.
– Par l’imitation, l’amener vers l’alternance des tours de rôle et de parole qui sont une des règles principales du dialogue, et avant même, du dialogue pré-conversationnel.

Jeux proposés :
– Imiter l’enfant pour lui donner envie de nous imiter à son tour (imitation gestuelle et verbale).
– Inviter les parents à faire même : plus on imitera l’enfant, plus il imitera.
– Si l’enfant n’imite pas du tout, l’aider en prenant ses mains et en reproduisant notre propre mouvement.
– Imiter l’enfant (ou l’inverse) plusieurs fois sur une même action afin de créer un tour de rôle (tu agis/j’agis/tu agis/j’agis,…)
– Faire des jeux de tour de rôle en disant « à toi », « à moi », « à toi », « à moi », tout en pointant du doigt : empiler des cubes, ranger des objets dans une boîte,…
– Jouer au ballon.
– Faire des jeux d’alternance d’action : donner/prendre, cacher/montrer,…

video « L’imitation vers le tour de rôle »
video « Le tour de rôle »

 

La permanence de l’objet

Objectif :
Amener l’enfant à prendre conscience qu’un objet existe toujours même lorsqu’il ne le voit plus. Cette notion est la base de la représentation symbolique, nécessaire à l’acquisition du langage. Elle permet notamment de parler d’un objet ou d’une personne absente.

Jeux proposés :
– Travailler le regard, la coordination visuo-motrice et tous les perceptifs au préalable (voir précédemment).
– Poursuite visuelle avec disparition de l’objet derrière un écran et réapparition, ou passage d’une petite voiture sous un tunnel (on attend que l’enfant suive l’objet des yeux).
– Recherche d’objets cachés : devant l’enfant, cacher l’objet derrière soi, dans sa main, sous un tapis, dans une boîte, puis montrer notre main vide à l’enfant. Si l’enfant n’explore pas l’endroit où on a caché l’objet, recommencer par un stade intermédiaire où l’objet est encore visible (boîte transparente, ou objet dépassant partiellement).

video « La recherche de l’objet caché »
video « Mes premiers tours de magie »

 

La naissance du symbolisme

Objectif :
Amener l’enfant à acquérir la capacité de symbolisation nécessaire au langage, système lui-même purement symbolique.

Jeux proposés :
– Utiliser les onomatopées (wawa pour « chien », …), qui sont une étape intermédiaire car ce ne sont pas des signes arbitraires et purement symboliques. Ils ont un lien avec le référent.
– Utiliser les gestes symboliques (voir précédemment).
– Amener l’enfant vers des jeux symboliques ou « jeux de faire semblant » (vers 18 mois).
– L’amener progressivement dans ces jeux à combiner plusieurs actions symboliques afin qu’il puisse, plus tard, combiner des phrases.

Etapes illustrées pour amener à la combinaison d’actions symboliques

Dans un premier temps, l’enfant prend un petit objet, une cuillère de dînette par exemple, uniquement pour le manipuler. L’orthophoniste va alors mettre en relation l’objet et l’action que l’on peut réaliser avec. Il va aider l’enfant à attribuer du sens à cet objet. Dans notre exemple, l’adulte va faire semblant de manger avec la cuillère. Par la suite, l’enfant imitera l’adulte. Puis il deviendra capable d’initier une nouvelle action, comme faire semblant de manger dans l’assiette.
Dans un second temps, l’adulte initie une première action et l’enfant en trouve une deuxième à combiner. Par exemple, l’orthophoniste fait prendre le bain à la poupée puis l’enfant, de lui-même, la rhabille.
L’enfant parvient ensuite, sans notre aide, à combiner deux actions.
Dans un troisième temps, l’adulte initie une action et l’enfant en combine deux autres à la suite. Cette étape est très difficile à acquérir pour l’enfant trisomique.
Une fois ces trois étapes acquises, l’enfant devient capable de combiner, de lui-même, trois actions symboliques.

video « Le faire semblant »

 

L’oralisation

Objectifs :
– Inciter le bébé à jouer avec sa voix, à babiller.
– Maintenir le babillage s’il est présent.

Jeux proposés :
– Si vers l’âge de 3 ou 4 mois, aucun babillage n’est apparu, proposer à l’enfant de petits jeux vocaux, des structures syllabiques, afin de l’inciter à faire de même.
– Lorsque l’enfant babille, manifester son plaisir, l’encourager à continuer.
– Reprendre les sons émis par l’enfant en les enrichissant et en les modulant. Ces feed-back inciteront l’enfant à continuer.
– Chez l’enfant plus grand qui ne parle pas, utiliser un mégaphone ou tout autre jeu que l’on peut trouver dans les magasins spécialisés et qui apporte un feed-back par un écho de la voix.

video « L’imitation verbale »
video « Le mégaphone »