Utilisation de la langue des signes

Le Makaton

Développé en Angleterre dans les années 70 par Margareth Walker, orthophoniste britannique, le programme Makaton est une approche multi-modale de la communication. Il associe le langage oral à un système de signes (issus de la Langue des Signes Française) et/ou de pictogrammes (code de dessins simplifiés). Il peut être utilisé comme moyen augmentatif de communication, associé à la parole, ou comme moyen alternatif lorsque le langage oral ne parvient pas à se mettre en place.
L’objectif de cette approche est de favoriser la communication et développer le langage oral des personnes en difficulté en offrant une représentation visuelle du langage.

Utilisée fréquemment avec les enfants autistes ou dysphasiques, cette approche est très utiles avec les enfants porteurs de trisomie 21, dont la mémoire visuelle est bien plus performante que la mémoire auditive, et qui sont en réelle difficulté de langage.

Ils permettront à l’enfant de s’exprimer plus rapidement et lui éviteront de développer des troubles du comportement liés à sa frustration de ne pouvoir se faire comprendre. 

Avec l’enfant trisomique, l’objectif ne sera en aucun cas de remplacer le langage oral, mais au contraire de l’accompagner pour une communication facilitée. Dans le cadre d’une éducation précoce, l’orthophoniste pourra, parallèlement au travail pré-linguistique, utiliser des signes liés aux activités quotidiennes de l’enfant. De douze à dix-huit mois, on enrichira le stock de signes et de vocabulaire, puis progressivement, l’enfant produira à son tour ses premiers signes pour émettre une demande, tout en oralisant certains mots. Les pictogrammes seront peu à peu introduits au travers de petits imagiers et en étiquetant certains objets de l’environnement. Lorsque l’enfant grandira, ils pourront progressivement l’amener vers le langage écrit.

 

Pour davantage d’informations : http://www.makaton.fr/

 

D’autres approches, comme le Français Signé ou la méthode Sésame, permettent de signer les mots importants de la phrase tout en respectant la structure syntaxique du Français oral et l’ordre des mots (ce que ne fait pas la L.S.F. puisque, langue à part entière, elle possède sa propre syntaxe). Tout comme le Makaton, les signes du Français Signé sont empruntés à la L.S.F. ; ceux de la méthode Sésame sont quant à eux différents, souvent plus aisés à réaliser pour les personnes déficientes motrices.